L’admission dans les deux universités publiques Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD) et Gaston Berger de Saint-Louis (UGB) est soumise à une sélection basée sur le mérite où les notes du Bac et du secondaire comptent. Car les places sont limitées...en principe.

L’Université est un creuset où l’ex-lycéen se prend en charge. Hormis des domaines spécifiques (Médecine, sociologie et certains instituts universitaires spécialisés (Institut des langues étrangères appliquées-ILEA, Institut de formation en administration et en création d’entreprises-IFACE, etc.), elle donne un enseignement général qui permet d’élever le niveau de culture. L’Université ouvre en outre la voie à la recherche et est à la base de l’accès à de nombreux postes d’encadrement et de responsabilités dans tous les domaines de la vie économique du pays.

Avant la réforme de 1994, l’orientation à l’Université était automatiquement validée par une commission qui statue sur les demandes enregistrées sur fiches au niveau des lycées, lesquelles sont centralisées à la Direction de l’enseignement supérieur. Les candidats individuels déposent leurs dossiers directement à la Direction de l’enseignement supérieur. Les fiches comportent tous les renseignements sur l’ensemble des Universités, Facultés, Département ainsi que sur les établissements supérieurs privés. Le bachelier a la possibilité de cocher les deux universités publiques du Sénégal (UCAD et UGB)

Actuellement, l’admission dans les deux universités publiques se fait au niveau des Conseils de Département, bien évidemment, sur demande. Mais, elle est soumise à une sélection sur la base de critères d’excellence pour l’admission dans chaque filière.http://www.ucad.sn

Cette sélection est fonction des places disponibles dans les différents départements de Faculté, à cause de la massification des effectifs préjudiciables à un bon taux d’encadrement et, par conséquent, à un meilleur taux d’efficacité (réussite). En l’espèce, les notes des classes de seconde, Première et Terminale ainsi que celles du Bac sont prises en compte et pondérées par un coefficient.

Les bacheliers ayant rempli les demandes d’orientation sont classés par ordre de mérite sur une première liste, après examen du premier choix sur trois autorisés. Les conseils de départements statuent ensuite sur les dossiers recalés dans le premier choix pour sortir une deuxième et troisième listes dont l’établissement obéit aussi à l’adéquation de l’option et des notes. A signaler que l’ordre de mérite de la première liste sert à désigner les attributaires de bourses. Celles-ci sont aussi en nombre limité et attribuées par quotas au département. Quoiqu’une part soit réservée aux cas sociaux et dont l’affectation est laissée à la discrétion d’une commission sociale dirigée par des délégués étudiants.

Le cursus universitaire est organisé en trois étapes, sanctionnées à chaque fois par un diplôme qui sert à la fois de validation d’un cycle accompli et de porte d’entrée au cycle suivant. L’étudiant obtiendra d’abord, au bout de deux (2) ans un DUEL (Diplôme universitaire d’études littéraires) ou un DUES (pour les études scientifiques) ou un DEUG (Diplôme études universitaires générales pour le droit et la gestion). Ce diplôme du 1er cycle de formation général est sans finalité professionnelle directe. Il permet cependant de postuler à certain concours d’entrée dans des écoles nationales ou instituts publics de formation.

Le deuxième cycle prépare, en un an à la Licence et, en deux ans, à la Maîtrise. Ces deux diplômes ouvrent les voies vers l’enseignement, pour le passage de concours d’écoles de formation publique (notamment pour l’administration) ou privée. Il donne en outre accès au troisième cycle universitaire. Avec ce troisième, l’étudiant entre dans le secteur de la spécialisation. A ce stade il obtient, en un ou deux ans en principe, un Diplôme d’études approfondies (DEA) ou un DESS (Diplôme d’études supérieures spécialisées). Ces diplômes ouvrent, selon la spécialité, soit vers le monde de l’emploi soit vers la recherche au titre d’enseignant assistant à l’université pour prétendre au Doctorat de troisième cycle puis au Doctorat d’Etat.